• Quand les guignes furent mangées .... poème de Victor Hugo

    de Karin Kneffel

    de Karin Kneffel

    Que le temps passe vite, nous voici début juin... les jours les plus longs de l'année, le mois du solstice d'été...et aussi le mois des cerises dont les oiseaux sont si friands, et pas seulement les oiseaux... Prima

     

    o164glwk

     

    Vacances et Occasions Spéciales 836

     

    o164glwk

     

    Sans-titre-2.jpg

     

     

    Quand les guignes furent mangées, 

    Elle s'écria tout à coup : 

    J'aimerais bien mieux des dragées. 

    Est-il ennuyeux, ton Saint-Cloud !

     

    On a grand-soif ; au lieu de boire, 

    On mange des cerises ; vois, 

    C'est joli, j'ai la bouche noire 

    Et j'ai les doigts bleus ; laisse-moi. 

     

    Elle disait cent autres choses, 

    Et sa douce main me battait. 

    Ô mois de juin ! rayons et roses ! 

    L'azur chante et l'ombre se tait.

     

    J'essuyai, sans trop lui déplaire, 

    Tout en la laissant m'accuser, 

    Avec des fleurs sa main colère, 

    Et sa bouche avec un baiser.

     

    Victor Hugo

    ( 1802 - 1885 )

    o164glwk

     

    Maison et à la Maison 3108

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :