• DSC08597

    C'est ainsi que je vis le Mont jeudi dernier, des voitures, toujours de nombreuses voitures.... c'est FINI ! Depuis deux jours ces parkings n'existent plus, il me faudra désormais marcher un peu plus malgré les navettes... si, j'ai bien compris 900 m pour rejoindre ces navettes et environ 400 m de l'endroit où les navettes nous déposeront !

    Ainsi lorsque je retournerai au Mont, je le redécouvrirai avec un regard nouveau ... le regard de Victor Hugo ...

     

    DSC07694 

    " Jétais hier au Mont Saint-Michel. Ici, il faudrait entasser les superlatifs d'admiration, comme les hommes ont entassé les édifices sur les rochers et comme la nature a entassé les rochers sur les édifices "

                                       Victor Hugo 27 juin 1836 ( extrait d'une lettre à Adèle )

     

    DSC08564

    " Et sur la mer qui reflète

    L'aube au sourire d'émail,

    La bruyère violette 

    Met au vieux mont un camail,

     

    Afin qu'il puisse, à l'âbime, 

    Qu'il contient et qu'il bénit,

    Dire sa messe sublime

    Sous sa mitre de granit. "

     

    Victor Hugo  ( extrait du poème " À Granville " !836

     

    DSC04591-001

     

    " Le Mont Saint-Michel est pour la France ce que la grande Pyramide est pour l'Egypte."

    " Il faut le préserver de toute mutilation.

    Il faut que le Mont Saint-Michel reste une île "

    " Il faut conserver à tout prix cette double oeuvre de la nature et de l'art. "

     

    extraits du discours de Victor Hugo en 1874, s'insurgeant contre le décret autorisant la construction d'une digue insubmersible entre Moidrey et le Mont.... le poète ne fut pas écouté ! ... mais dans un demain proche lorsque je retournerai au Mont, je penserai combien le poète avait raison ! Prima

     

    DSC08579

    La cuisine chez la Mère Poulard ... pour sa célèbre omelette, que d'oeufs cassés !


    votre commentaire
  • Situé au large de la Baie du Mont-Saint-Michel l'archipel  Chausey ( 65 ha ) est l'un des plus grands d'Europe il est constitué d'environ 50 îlots à marée haute dont la Grande Île  ( 45 ha ) et de plus de 300 îles et îlôts à marée basse  ( 20 ha ).. Le temps était loin d'être beau, ce n'était pas le meilleur jour pour aller à Chausey, ce quartier maritime de Granville situé à 17 kms de la côte.... et pourtant ce fut une belle journée, après une courte promenade dans les jardins de Christian Dior à Granville, ce fut l'embarquement à bord du Jolie France II ....Si beaucoup préfèrèrent s'installer bien au chaud, à l'abri à l'intérieur du bateau ... je fis partie des quelques-uns  et très rares qui préfèrèrent le pont supérieur... il fallait vraiment avoir, ce jour, le pied marin pour rester en équilibre ... impossible de reculer, il fallut accepter les embruns qui déferlaient sur le pont .... le tangage selon les creux ... puis le roulis ...et que je penche à gauche et que je penche à droite .... o164glwk

     

    La Grande Île de Chausey en vue....

     

    DSC07486

     

    Chausey, le quartier maritime... le joyau de Granville ... situées à 16 kms de la côte, les îles Chausey, archipel normand  selon le traité de Brétigny de 1360 ...et non des îles anglo-normandes comme beaucoup semblent le croire..... situé au large de la Baie du Mont-Saint-Michel l'archipel  ( 65 ha ) est l'un des plus grands d'Europe il est constitué d'environ 50 îlots à marée haute dont la Grande Île  ( 45 ha ) et de plus de 350 îles et îlôts à marée basse  ( 20 ha )..

     

    DSC07490

     

    Vue depuis la Grande Île.... quelques uns des îles et îlots de l'archipel.

     

    " Au large, dans l'attrait d'un fier isolement,
    Apparaissent les îles
    Où parfois en rêveur, en chasseur, en amant
    À la sourdine on file. "

     

     Alphonse BEAUREGARD   (1881-1924)

     

    DSC07495

    La Grande Île, une cinquantaine de maisons dont quatre seulement resteront ouvertes cet hiver en dehors des vacances scolaires....

     

    " N'importe où l'on aborde, avidement on fait
    Le tour de son royaume,
    Et la tente, sitôt dressée, est un palais
    Que l'atmosphère embaume."

     

     Alphonse BEAUREGARD   (1881-1924)

     

    DSC07506

      


    " L'éloignement du monde infuse dans l'air pur
    Un subtil aromate.
    On écoute en son cœur, près de l'eau, sous l'azur
    Chanter une sonate. "

     

     Alphonse BEAUREGARD   (1881-1924)

     

    DSC07524

     

      En attente le Jolie France II  que nous devons reprendre à 17 h, pas question de le manquer ou il me faudrait me faire héberger par un des rares habitants encore sur l'île en ce mois d'octobre !

     

    DSC07539

     

     Retour au bateau, la mer sera plus calme malgré le vent....  j'ai goûté à la liberté du pont supérieur de Granville à Chausey.... je choisi l'intérieur du bateau pour le retour...

     Prima ...

     DSC03120.JPG

     ... sur le pont supérieur sous les embruns ...

     

    Bon-Week-end.jpg


    votre commentaire
  •  

     

    GRANVILLE 1

    Granville, en Normandie, surnommée laMonaco du Nord " terre d'origine viking, terre de marins et de corsaires, Granville ferme la partie nord de la baie du Mont-Saint-Michel....

    Je suis née à Granville , donc Normande de naissance, tout comme Christian Dior, grand couturier né en 1905, décédé en 1957 à Montecatini Terme, Italie.

     

     

     

     

    À GRANVILLE, EN 1836

      

    Voici juin. Le moineau raille
    Dans les champs les amoureux ;
    Le rossignol de muraille
    Chante dans son nid pierreux.


    Les herbes et les branchages,
    Pleins de soupirs et d'abois,
    Font de charmants rabâchages
    Dans la profondeur des bois.


    La grive et la tourterelle
    Prolongent, dans les nids sourds,
    La ravissante querelle
    Des baisers et des amours.


    Sous les treilles de la plaine,
    Dans l'antre où verdit l'osier,
    Virgile enivre Silène,
    Et Rabelais Grandgousier.


    O Virgile, verse à boire !
    Verse à boire, ô Rabelais !
    La forêt est une gloire ;
    La caverne est un palais !


    Il n'est pas de lac ni d'île
    Qui ne nous prenne au gluau,
    Qui n'improvise une idylle,
    Ou qui ne chante un duo.


    Car l'amour chasse aux bocages,
    Et l'amour pêche aux ruisseaux,
    Car les belles sont les cages
    Dont nos coeurs sont les oiseaux.


    De la source, sa cuvette,
    La fleur, faisant son miroir,
    Dit: -Bonjour,- à la fauvette,
    Et dit au hibou: -Bonsoir.-


    Le toit espère la gerbe,
    Pain d'abord et chaume après ;
    La croupe du boeuf dans l'herbe
    Semble un mont dans les forêts.


    L'étang rit à la macreuse,
    Le pré rit au loriot,
    Pendant que l'ornière creuse
    Gronde le lourd chariot.


    L'or fleurit en giroflée;
    L'ancien zéphir fabuleux
    Souffle avec sa joue enflée
    Au fond des nuages bleus.


    Jersey, sur l'onde docile,
    Se drape d'un beau ciel pur,
    Et prend des airs de Sicile
    Dans un grand haillon d'azur.

     

     Partout l'églogue est écrite :
    Même en la froide Albion,
    L'air est plein de Théocrite,
    Le vent sait par coeur Bion,

     

    Et redit, mélancolique,
    La chanson que fredonna
    Moschus, grillon bucolique
    De la cheminée Etna.


    L'hiver tousse, vieux phtisique,
    Et s'en va; la brume fond ;
    Les vagues font la musique
    Des vers que les arbres font.


    Toute la nature sombre
    Verse un mystérieux jour ;
    L'âme qui rêve a plus d'ombre
    Et la fleur a plus d'amour.


    L'herbe éclate en pâquerettes ;
    Les parfums, qu'on croit muets,
    Content les peines secrètes
    Des liserons aux bleuets.


    Les petites ailes blanches
    Sur les eaux et les sillons
    S'abattent en avalanches ;
    Il neige des papillons.


    Et sur la mer, qui reflète
    L'aube au sourire d'émail,
    La bruyère violette
    Met au vieux mont un camail ;


    Afin qu'il puisse, à l'abîme
    Qu'il contient et qu'il bénit,
    Dire sa messe sublime
    Sous sa mitre de granit.

     

     

     Victor Hugo (  1802 - 1885 )

     

     

    GRANVILLE Maison de Christian Dior

     

    Granville : villa  " Les Rhumbs " maison d'enfance de Christian Dior, aujourd'hui musée Dior

     

     

    GRANVILLE - CORSAIRE

     

     Né à Granville : Georges Pléville Le Pelley, ( 1726 - 1805 )  

    le corsaire à la jambe de bois devenu Gouverneur du port de Marseille, puis ministre de la Marine et des Colonies.

     

     

     


    votre commentaire
  • 833 200706042648-b72a0

     Le Memorial de Caen consacré à la seconde guerre mondiale, inauguré en 1988

     

     

    J'allais avoir 9 ans le 6 juin 1944, lorsque  les avions sont arrivés sur notre petite ville de Condé-sur-Noireau, je n'ai jamais oublié, et aujourd'hui la Normandie se souvient, de nombreuses cérémonies ont lieu en mémoire de tous les morts militaires et civils !

     

     

     

     h4drm3mq

     

     

    http://primavera.over-blog.org/pages/6_JUIN_1944_le_debarquementet_la_bataille_de_Normandie-3203059.html  

     

     

    h4drm3mq

     

    Extraits d'un poème inspiré par les ruines de Condé-sur-Noireau  sous les bombardements du 6 juin et du 29 juin 1944

     

     

    h4drm3mq

     

     

    http://www.2gm-normandie.com/chronologie.php?part=33400&content=75

     

     

    h4drm3mq

     

    Guerre ! Je te maudis en voyant cette ville
    Où naquit autrefois le grand Dumont d'Urville
    Cité, portant le poids des ans évanouis
    Avant l'avènement du bon roi saint Louis.
    Ô ! paisible Condé ! penché sur le textile
    Ta disparition demeurait donc utile ?
    Notre esprit confondu contemple cette horreur.
    Le noir à tout jamais sera notre couleur.
    Nous demeurons figés, enjambant les cloaques,
    Les poutres et moellons de ce quartier Saint-Jacques :
    Partout écroulements et passages bouchés.
    Sous ces matériaux que de morts couchés !

                                                                 ( ... )


    ... En toutes directions allant du sud au nord
    Voyez avec sang-froid les griffes de la mort
    Ensanglanter Condé, ville de Normandie...
    Sortira-t-elle un jour du désastre grandie

                                                                  ( ... )

     h4drm3mq

     

     

    Poème retrouvé par M. Claude Caillebtte, rue de Vire, dans les papiers de sa mère publié dans le livre de François Lefaivre " J'ai vécu les bombardements - des Condéens témoignent ) - Il fallut environ 15 ans pour reconstruire la ville, la mairie quant à elle ne le fut qu'en 1963. Prima

     

    5640.jpg

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique