• Le fugitif ( 1948 _ extrait II ) ... poème de Pablo Neruda

    PABLO NERUDA

     

    Je n’ai pas l’intention de vous retracer ici la carrière politique de ce grand poète chilien que fut  Pablo Neruda  ( 1904 – 1973 ) lequel sous la présidence de Gabriel Gonzales Videla publiera, le 27 novembre 1947, une fulminante Lettre intime pour être lue par des millions d’hommes. Accusé de trahison à la patrie, pour sa défense, le 5 janvier 1948, il prononcera son discours J’accuse devant le sénat…. le 5 février 1948, les tribunaux ayant ordonné sa détention Pablo Neruda vivra caché, changeant souvent de domicile, pendant un peu plus d’un an, avant de quitter le Chili et d’y revenir en 1952.

     Ce sera donc durant sa clandestinité qu’il écrivit son  chef-d’œuvre, l’œuvre maîtresse  de la poésie latino-américaine de notre temps : Canto General  ( Chant Général ), une vaste fresque épique en  15 chants, 231 poèmes et plus de 15.000 vers.

     La première édition fut publiée au Mexique en 1950. Dès sa publication ce livre fut commenté dans tous les pays de langues espagnoles et amplement traduit.

    Prima

     

    o164glwk

      PABLO-NERUDA-3.jpg

     

     

     

    PABLO-NERUDA-copie-1.jpg

     

    C’était l’automne du raisin.

    La treille en grand nombre tremblait.

    Les grappes blanches et voilées

    givraient la douceur de leurs doigts

    et les raisins noirs emplissaient

    leurs petites mamelles rondes

    d’un fleuve secret, circulaire.

    Le maître, un artisan, un homme

    aux longs traits maigre, me lisait

    le pâle livre que la terre

    consacre aux jours crépusculaires.

    Sa bonté connaissait le fruit,

    la branche-mère et le travail

    laissant à l’arbre qu’il élague

    sa forme nue, galbe de coupe.

    Il parlait avec les chevaux

    comme avec d’immenses enfants :

    dans ses pas marchaient les cinq chats

    et les chiens de sa maisonnée,

    les uns lents et l’échine ronde,

    les autres courant follement

    sous la froidure des pêchers.

    Il connaissait chaque rameau

    des arbres, chaque cicatrice,

    et sa voix sage m’instruisait

    tout en caressant les chevaux.

     

                           Pablo Neruda  ( 1904 - 1973 )

                                     Le fugitif 1948

                                     Chant général 

     o164glwk

     

    Faune-Flore-et-Animaux-5916.jpg


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :