• DOUZE ANS .... de Peter Altenberg ( extrait )

    de Willem Haenraets

     

    Est-ce mon dernier billet qui m’a fait me souvenir de parties de pêche en rivière ? Je n’étais encore qu’une pré-adolescente, un peu perdue dans une région que je venais de découvrir…. entre Caen et Bayeux, à la saison de la pêche nous partions quelquefois le dimanche matin vers un petit village dont j’ai oublié le nom… Vaux sur …. ?  Nous  pique-niquions au bord de l’eau, mon père pêchait et je lui  ramassais des sauterelles  dans le pré , sauterelles qu’il utilisait pour  tromper les poissons….Pas facile de les attraper ces insectes !...  Ils sont bien, bien loin mes douze ans ...Prima

     

    o164glwk

     

    de Edward Wilkins Waite

     

     

    Sans titre 4

     

    « La pêche doit être bien ennuyeuse », dit une jeune fille qui en savait à peu près autant que la plupart des jeunes filles.

    « Si c’était ennuyeux, je ne le ferais pas », dit l’enfant aux cheveux châtain clair et aux jambes de gazelle.

    Elle se tenait là avec le grand et inébranlable sérieux du pêcheur. Elle enleva le petit poisson de la ligne et le jeta par terre.

    Le petit poisson mourut...

    Le lac s’étendait, scintillant et baigné de lumière. Cela sentait les saules et la chaude pourriture des joncs. De l’hôtel venait un bruit de couteaux, de fourchettes et d’assiettes. Sur la terre le petit poisson exécuta une danse courte et originale comme celles des peuples sauvages... et il mourut.

    L’enfant continua à pêcher avec le grand et inébranlable sérieux du pêcheur.

    Je ne permettrais jamais que ma fille s’adonnât à une occupation si cruelle, dit une dame qui était assise tout près de là.

    L’enfant enleva le petit poisson de la ligne et le jeta de nouveau par terre à côté de la dame.

    Le petit poisson mourut... il sursauta et retomba mort... une mort simple et douce ! Il oublia même de danser, sans façon il partit...

    « Oh !... »  dit la dame. ( ... )

    Et cependant dans le visage de la cruelle enfant aux cheveux châtains clairs, il y avait une profonde beauté et une âme à venir.

    L’enfant continua à pêcher avec le grand et inébranlable sérieux du pêcheur. Elle est superbe avec ses grands yeux fixes, ses cheveux châtains clairs et ses jambes de gazelle.

    Peut-être un jour plaindra-t-elle le petit poisson et dira : Je ne permettrais jamais que ma fille s’adonnât à une occupation si cruelle !...  ( ... )

                                                                                      

                                                                        Peter Altenberg ( 1859 - 1919 )

     

     

                                                                   Traduction de Bret Cultet,

                                                                                                                               La Revue des revues, 1899

     o164glwk

     

    Quelques notes sur l’auteur :

    Peter Altenberg de son vrai nom Richard Engländer, ( 1859 – 1919 ) est né et mort à Vienne. Son œuvre se compose exclusivement de textes brefs, des « esquisses », réunis en recueils.

     o164glwk

     Merci  à Florentin qui a vu mon erreur, on ne peut mourir avant de naître, aussi j'ai corrigé !

     

    de-Gillian-Lawson.jpg

     

     

     

       


      

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :